L'Orchestre symphonique des jeunes de Joliette

 

 
 

III - Des chefs succèdent au Chef

  • Trois chefs et une relève
  • 30e anniversaire 1970-2000
  • Un avantage pour la relève de la région
 
   
 

Bernard Ducharme, Annie Parent, Luc Chaput assurent la relève du père Rolland Brunelle à la direction des orchestres. Source: cédérom de l'OSJJ.

 

Luc Chaput, un ancien musicien de l'OSJJ, devient le directeur artistique et le nouveau chef d'orchestre de l'ensemble joliettain en 1996. Il a débuté l'étude du hautbois à Joliette, puis a poursuivi sa formation au Conservatoire de musique du Québec à Montréal. Il a remporté la grande bourse de la fondation Wilfrid-Pelletier en 1989. Il est actif au sein de différents ensembles, dont l'Orchestre de chambre de Montréal et le Trio de hautbois du Québec.

 

Notes biographiques de Bernard Ducharme. Source: cédérom de l'OSJJ.

 

Les Petits Violons Rolland-Brunelle - 1999-2000. Source: RB. Source: OSJJ.

 

Des chefs succèdent au Chef

Avec les années, le chef d'orchestre Rolland Brunelle commence à préparer sa retraite. En 1990, il confie la direction de l'OSJJ à Stéphane Laforest qui remporte, cette même année, le premier Prix du Conservatoire, en direction d'orchestre. Stéphane Laforest a été impliqué tôt dans des orchestres de jeunes et des harmonies. Il a dirigé, entre autres, l'Harmonie Calixa-Lavallée de Sorel.

 

Notes biographiques de Luc Chaput. Source: cédérom de l'OSJJ.

 

 
 

Rolland Brunelle

I - Une vie vouée à la musique
II -Pédagogue et directeur musical
 

Annie Parent prend la direction des Petits Violons Rolland-Brunelle en 1999. Elle aussi a étudié avec le père Brunelle et joué au sein de l'OSJJ durant plusieurs années. Elle est diplômée du Conservatoire de musique du Québec à Trois-Rivières avec un premier Prix, à l'unanimité, en violon. Elle détient également une maîtrise de la Manhattan School of Music de New-York. Elle est membre du Quatuor Claudel et de l'Orchestre de chambre McGill.

En 1996, le père Rolland Brunelle dirige pour la dernière fois l'Orchestre de la relève. Il cède sa baguette à un de ses anciens élèves, Bernard Ducharme, qui assure encore aujourd'hui la direction de l'ensemble. Bernard Ducharme a étudié en musique à l'Université du Québec et a travaillé la direction d'orchestre avec Miklós Takás. Il a fait partie de l'OSJJ de 1980 à 1993 et y a occupé les postes de violoniste et d'altiste. Il est membre de l'ensemble de musique de chambre, Les cordes sympathiques, formé de quatre musiciens Lanaudois.

 
 

 

En septembre 2001, le chef d'orchestre François Bernier succède à Luc Chaput à la tête de l'OSJJ. Détenteur d'un baccalauréat de l'Université McGill et d'une maîtrise en direction d'orchestre de la Indiana University School of Music de Bloomington, il a fondé, en 1996, l'Ensemble instrumental Prestissimo et occupé le poste de chef d'orchestre assistant à l'Opéra de la Indiana University School of Music. En plus de diriger l'OSJJ, il est directeur artistique et chef d'orchestre de l'Orchestre symphonique des jeunes de Sherbrooke et assume la direction musicale de l'Ensemble à vents de Sherbrooke.

 
   
 

Trois chefs et une relève

En nommant à la direction des différents ensembles de l'OSJJ, des chefs qui connaissent bien l'action du père Brunelle et qui ont été impliqués, pour la plupart, dans l'Orchestre, les responsables de l'organisation se sont assurés que l'œuvre de son fondateur lui survivra.

Une relève est en place qui permettra de perpétuer le travail entrepris par le père Brunelle. Ainsi son âme continuera de planer au-dessus de cet orchestre qui fut le sien.

 

 
   
 

30e anniversaire 1970-2000

L'an 2000 marque le 30e anniversaire de l'Orchestre symphonique des jeunes de Joliette. Afin de souligner l'événement, quatre concerts sont organisés au cours de cette année de célébration. Ils mettent en vedette les trois ensembles joliettains, mais également l'Ensemble à cordes de la Société musicale Claude-Létourneau de Québec, Les Chanteurs de la Place Bourget, le Chœur Pratt-Whitney et l'Orchestre symphonique des jeunes de la Montérégie.

 

Hommage du journaliste Jean-Pierre Malo à Rolland Brunelle, pour le 30e anniversire de l'OSJJ, en mai 2000. Source: RB.

 

Le quatrième concert a lieu à l'Amphithéâtre de Lanaudière dans le cadre de la programmation pré-saison du Festival international de Lanaudière. Une centaine d'anciens musiciens de l'OSJJ se joignent à la formation actuelle afin de rendre hommage au père Rolland Brunelle. Une occasion de constater qu'après 30 ans, l'Orchestre est toujours vivant et prêt à entreprendre l'avenir avec optimiste.

 
 

 

Élèves de l'OSJJ, en 1973. Source: OSJJ.

 

Un avantage pour la relève de la région

L'Orchestre symphonique des jeunes s'illustre depuis plus de 30 ans dans la région. C'est un lieu de formation extraordinaire pour les jeunes de Lanaudière et une occasion merveilleuse de vivre une expérience musicale en groupe très formatrice, explique Bernard Ducharme qui a grandi avec l'OSJJ.

 
 

 

L'Orchestre représente, pour le musicien, un complément à toutes les autres richesses de la région. Il s'agit d'une sorte de laboratoire où l'étudiant en musique peut mettre en pratique, avec d'autres jeunes comme lui, tout ce qu'il apprend dans ses cours d'instrument.

L'OSJJ est un moteur important du développement de la musique dans Lanaudière, commente Paul Bellemare qui a été président de l'organisme de nombreuses années.

 
 

 

L'OSJJ a permis de sensibiliser une foule de parents et de familles qui ignoraient tout de la musique classique et d'en faire un public attentif. Il a rejoint son objectif en devenant véritablement un point de ralliement pour les jeunes musiciens de la région. Il a su leur insuffler le dynamisme nécessaire, pour les inciter à continuer la pratique de leur instrument.

Paul Bellemare

Reconnu pour ses cordes solides, pour sa qualité de jeu et pour son sérieux, l'OSJJ s'est taillé une réputation enviable dans le milieu des orchestres de jeunes au Québec et à l'étranger. Les propos tenus, lors des célébrations du 30e anniversaire de l'OSJJ en 2000, par le président de l'Association des orchestres de jeunes, Yves Tremblay, marquent bien le respect qu'on témoigne à l'égard de l'OSJJ.

 

 

 

Musiciens de l'OSJJ, en novembre 1985. Source: OSJJ.

 

Les Petits Violons (1997-1998) à la chapelle des Clercs de Saint-Viaeur. Source: cédérom de l'OSJJ.

 

 
 

Ce trentième anniversaire nous permet, encore une fois, d'exprimer notre admiration envers ceux qui, dans la plus grande discrétion, ont permis à un nombre de jeunes musiciens de s'épanouir tout en vivant une expérience des plus exaltante. Il est difficile de mesurer l'impact de l'effet d'entraînement produit par la présence de l'OSJJ dans le milieu des orchestres de jeunes au Québec.

 
 

Il reste cependant qu'il demeure un modèle de référence du point de vue de l'organisation administrative et de la formation musicale qu'il offre aux jeunes musiciens de la région de Lanaudière.

Yves Tremblay

L'Orchestre symphonique des jeunes de Joliette

I - Origines de l'OSJJ
II - Un orchestre qui fait des petits
III - Des chefs succèdent au Chef

Conseil d'administration de l'OSJJ en 1997-1998. Source: cédérom de l'OSJJ.

   
L'Orchestre symphonique des jeunes de Joliette (OSJJ)

La Sinfonia de Lanaudière