La Sinfonia de Lanaudière
   
 
  • Les précurseurs de la Sinfonia
  • L'Orchestre symphonique de Lanaudière
  • La Sinfonia de Lanaudière
  • Promouvoir la musique
  • Un chef: Stéphane Laforest
  • Les Grands Classiques Volume 1
  • Une promesse d'avenir
 
   

La Sinfonia à l'Amphithéâtre de Landaudière, sous la direction de Stéphane Laforest. Source: Sinfonia.

 

Les précurseurs de la Sinfonia

Avant que ne naisse la Sinfonia de Lanaudière, d'autres orchestres, formés de musiciens de la région, ont tenté de créer dans Lanaudière un ensemble professionnel qui pourrait y vivre et grandir. Voyons comment ces expériences ont préparé le chemin qui allait permettre à la Sinfonia de réaliser le rêve que d'autres avaient caressé auparavant.

 
   

L'Orchestre symphonique de Lanaudière

L'Orchestre symphonique de Lanaudière est mis sur pied en 1984 par un comité réunissant, entre autres, Claude Parent, Colette Martin, Hubert Coutu et Arthur Roberge. En fondant cet ensemble, le comité désire offrir un débouché aux musiciens les plus âgés de l'Orchestre symphonique des jeunes de Joliette (OSJJ).

 

 

Article de Claude Parent, co-fondateur de la formation, saluant la naissance d'un orchestre pour adultes dirigé alors par Jacques Nattiez. Source: ACCJ.

 

L'orchestre symphonique des jeunes de Joliette, à l'Amphithéâtre du Festival, 2001. Source: CL.

L'Orchestre symphonique des jeunes de Joliette

Origines de l'OSJJ
Un orchestre qui fait des petits
Des chefs succèdent au Chef
 

 

Au départ, l'ensemble compte 45 instrumentistes adultes parmi lesquels on retrouve des professionnels, des amateurs et des étudiants en musique de l'Université de Montréal. Jean-Jacques Nattiez, musicien et musicologue de Montréal, en assure au début la direction. Véronique Lacroix lui succède en 1987 au moment où, suite à des problèmes financiers, la formation ne compte plus que 25 musiciens provenant tous de Lanaudière.

 

Véronique Lacroix prend la direction de l'Orchestre symphonique de Lanaudière en 1987.

 

 

Stéphane Laforest, directeur de l'Orchestre symphonique de Lanaudière à compter de 1990. Source: Sinfonia.

 

 

Trois ans plus tard, Stéphane Laforest, qui dirige déjà l'OSJJ, prend la direction de l'ensemble. En 1992, L'Orchestre symphonique devient l'Orchestre de chambre de Lanaudière et est composé de 20 à 25 instruments à cordes. La nouvelle formation se spécialise dès lors dans le répertoire baroque. L'Orchestre de chambre n'aura cependant qu'une brève existence. Moins de deux ans après sa naissance, il met fin à ses activités.

 
   

Les membres du Quatuor Claudel, Élaine Marcil, Marie-Josée Arpin, Annie Parent et Jeanne de Chantal Marcil. Source: ACCJ.

 

La Sinfonia de Lanaudière

C'est en 1994 que Stéphane Laforest prend la direction d'un nouvel ensemble dont il est le fondateur. Il s'agit de la Sinfonia de Lanaudière qui met sur le marché un premier disque, Les Grands Classiques Volume 1, en 2002.

La Sinfonia est un orchestre de chambre composé d'une trentaine de musiciens professionnels, provenant majoritairement de la région de Lanaudière.

 
 

 

Les premières chaises de la section des cordes sont tenues par les membres du Quatuor Claudel formé de Élaine Marcil, violon, Marie-Josée Arpin, violon, Annie Parent, alto, et Jeanne de Chantal Marcil, contrebasse. Le répertoire de la Sinfonia est varié. Il plonge dans les époques baroque, classique, romantique et moderne. Il inclut même des airs populaires à l'occasion.

 
   
 

Promouvoir la musique

La Sinfonia est le seul orchestre professionnel dans Lanaudière. Elle s'est donnée le mandat de promouvoir la musique et d'encourager le talent des musiciens de la région.

Elle est l'orchestre en résidence au Théâtre Hector-Charland à L'Assomption. Elle y présente annuellement une série de 3 programmes différents qui seront repris dans Lanaudière et à l'extérieur de la région.

 

La Sinfonia joue également dans les églises, dans les écoles et en salle. Depuis sa création, elle a donné plus de 60 concerts et spectacles et s'est produite, notamment, au Festival d'été de Québec et au Festival international de Lanaudière.

La Corporation Hector-Charland
  • Place à la diversité
  • Les débuts de la Corporation Hector-Charland
  • Une nouvelle salle pour la Corporation
  • Sur le site de l’ancien théâtre
  • Hector Charland, l’homme derrière Séraphin
  • Le Théâtre Hector-Charland va de l’avant
  • Un succès vite remporté

Source: Sinfonia.

Le Festival international de Lanaudière

I - Une question de qualité
II - Les années de mise en place
III - Visions d'avenir
 

 

Stéphane Laforest, 2001. Source: CL.

 

 

Un chef: Stéphane Laforest

Dès le début de sa carrière, Stéphane Laforest s'intéresse de près aux orchestres de jeunes et aux harmonies. Il est le chef attitré de plusieurs ensembles de jeunes à Joliette, Sherbrooke, Lévis, Shawinigan et Ville d'Anjou.

À titre de chef invité, il a dirigé de nombreux orchestres tels que l'Orchestre symphonique de Montréal, celui de Québec, de Laval, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de Trois-Rivières, ainsi que les Violons du Roy, le Nova Scotia Symphony et le Calgary Philarmonic Orchestra.

 
  En plus de diriger la Sinfonia de Lanaudière, Stéphane Laforest est actuellement assistant chef résident de l'Orchestre symphonique de Québec ainsi que directeur artistique et chef d'orchestre de l'Orchestre symphonique de Sherbrooke.  
   
 

L'Église de Saint-Gérard-Majella, où la Sinfonia a enregistré Les grands classiques volume 1. Source: CL.

 

Les Grands Classiques Volume 1

Les Grands Classiques Volume 1 ont été enregistrés à l'église de Saint-Gérard-Majella dans Lanaudière en 2002. À l'image de la Sinfonia, le programme de ce disque est varié et comprend des pièces de grands compositeurs tels Bach, Pachelbel, Vivaldi, Mozart, Gershwin etc. L'intention est claire, la Sinfonia cherche à rejoindre un large public.

Si l'on se fie à Richard Poulin, musicien et professeur de musique, la formation lanaudoise ne devrait pas passer à côté de son objectif.

 
 
 

 

Voilà un extrait du texte qui paraissait sous sa plume dans L'Artefact, produit et édité par le Conseil de la culture de Lanaudière, en mars 2002.

Si la plupart des œuvres sont très connues, la couleur personnelle que leur apporte la Sinfonia de Lanaudière mérite toute notre attention. En effet, l'orchestre se démarque par son dynamisme et sa surprenante vitalité. Les tempos sont rapides, les contrastes marqués, les coups d'archets tranchés au couteau, le tout offrant un ensemble nerveux, vigoureux et énergique.

Richard Poulin, L'Artefact, 2002

 
   

Une promesse d'avenir

Munie maintenant d'une carte de visite musicale et dirigée par un chef qui séduit la critique partout où il passe, la Sinfonia de la Lanaudière semble promise à un riche avenir. Année après année, la Sinfonia conquiert un plus vaste public et se fait de plus en plus présente et appréciée dans Lanaudière. Même le critique de La Presse, Claude Gingras, a été séduit par les performances de l'orchestre lanaudois.

La Sinfonia de Lanaudière joue juste, elle apporte beaucoup de vie à son discours et sa sonorité est toujours belle. À l'origine de cet excellent résultat, il faut évidemment compter le travail et l'attention du chef qui possède un sens indéniable du relief et des nuances.

Claude Gingras, La Presse

 

La Sinfonia. Source: Sinfonia.

 
 
   
L'Orchestre symphonique des jeunes de Joliette (OSJJ)

La Sinfonia de Lanaudière