Association de Repentigny pour l'avancement de la musique (ARAM)
 

 

 
 

Un engagement pour les arts et la musique

  • Place à Robert Lussier
  • L'ARAM voit le jour
  • L'organisme: promoteur et diffuseur
  • Matinées familiales et opéras
  • Carrière-été
  • Fondation Robert Lussier
  • Un problème de salle
  • Retour à la vocation première
 
   

 

Robert Lussier, artisan de la vie culturelle à Repentigny, où une place publique porte aujourd'hui son nom. Source: ARAM.

 

Place à Robert Lussier

Au début des années 1960, Robert Lussier met sur pied le Centre des arts à Repentigny. Pendant sept ans, une salle de 600 places accueille, sous un chapiteau, des spectacles professionnels. En 1967, le feu détruit les installations. La diffusion de spectacles ne reprendra qu'avec la création de l'Association de Repentigny pour l'avancement de la musique en 1983.

Entre-temps, il faut le rappeler, les Jeunesses musicales du Canada (JMC) ont été présentes à Repentigny pendant six saisons (1965 à 1971).

Les deux fondateurs de l'ARAM, Hélène Roberge et Laurent Migué. Source: ARAM.

 
 

 

Hélène Roberge, co-fondatrice de l'ARAM, participe au comité responsable des JM. Les 4 programmes présentés au cours de l'année se donnent à l'école Jean-Baptiste-Meilleur durant les heures de classes.

Les élèves de l'établissement ainsi que ceux d'écoles environnantes viennent assister aux concerts. Une deuxième représentation a lieu en soirée pour les adultes.

 

 

 

 

Concert de l'ARAM avec Marcel Roy. Source: ARAM.

 
Les activités cessent peu de temps après que le nouveau directeur de la polyvalente ait refusé que les concerts se donnent pendant le temps de classe, entraînant ainsi une baisse de fréquentation. Les JM reviendront à Repentigny quelques années plus tard, durant deux saisons, dans le cadre de la programmation de l'ARAM.
 
 

 

 

 

 

L'ARAM voit le jour

À la demande de la ville de Repentigny, un comité est constitué en 1983 pour informer les parents sur les écoles de musique de la région et les guider ainsi dans leur choix.

Le comité est formé de mélomanes et de professeurs de musique parmi lesquels nous retrouvons Laurent Migué et Hélène Roberge qui vont devenir les piliers de l'organisation.

Les membres du comité décident rapidement d'élargir un mandat initial et d'organiser un festival de musique s'adressant à tous les amateurs de la municipalité désireux de se présenter en concert. Le festival réunit la première année (1984) des solistes, les harmonies des écoles et plusieurs chorales d'enfants et d'adultes.

L'ARAM débute ainsi ses premières activités qui n'iront qu'en augmentant et en se diversifiant.

 

Concert sons et brioches en 1984. Source: ARAM.

 

Dépliant de la programmation 2001-2002. Source: ARAM.

 
 

L'organisme : promoteur et diffuseur

Reconnaissant le besoin de conjuguer les efforts en vue de promouvoir l'épanouissement de la musique à Repentigny, l'ARAM se fixe d'abord pour but d'informer la population sur ce qui se fait en musique dans la municipalité. Puis, après le succès remporté par son festival, les premiers concerts et les sons et brioches, elle étend son action et multiplie ses objectifs.

L'ARAM se donne comme mission:

• d'informer, de sensibiliser et de promouvoir, auprès de la population lanaudoise, la tenue d'activités culturelles;

• de diffuser la culture sous toutes ses formes et pour tous les groupes d'âge;

• de développer des talents locaux et régionaux.

   

Le Concours de musique de l'ARAM

  • Un concours qui ouvre des portes
  • Une organisation complémentaire
  • Des concurrents qui font leur marque
 

 

L'ARAM est avant tout un promoteur et un diffuseur d'activités culturelles à Repentigny et dans les environs.

En plus de tenir annuellement son festival au printemps, l'Association organise des concerts, des sons et brioches, des soupers-concerts, des soirées d'opéra, des matinées familiales, mais également du théâtre, des variétés et même la série les Grands Explorateurs.

En quelques années, l'ARAM est devenue un véritable centre culturel et le principal moteur de développement culturel à Repentigny.

Tout ne s'est cependant pas bâti en un jour. Préoccupée avant tout par la promotion de la musique, l'association a commencé par organiser des activités strictement musicales. Puis se sont ajoutés le théâtre en 1991 et, finalement, les variétés et les Grands Explorateurs en 1997.

L'ARAM rejoint chaque année quelque dix mille personnes et présentera au cours de la saison 2001-2002, 27 activités.

 

Festival de chant choral. Source: ARAM

   

 

Détail de la programmation 2001-2002.

   
 

 

Le violoniste Olivier Thouin.

L'Association tient à encourager les musiciens encore aux études et leur fait donc une place importante dans sa programmation.

Toutefois, elle ne présente pas que de jeunes artistes. Elle a déjà reçu bon nombre de musiciens virtuoses comme les pianistes André Laplante et Marc-André Hamelin ou des ensembles tels Les Violons du Roy, I Musici et La Chapelle de Montréal, sous la direction de Yannick Nézet-Séguin.

 

 
 

Une place importante est également faite aux artistes de la région. C'est ainsi que le Trio Giguère, le Quatuor Claudel, les violonistes Marie Lacasse, Marie-Andrée Chevrette et Olivier Thouin, le claviciniste Luc Beauséjour et la flûtiste Marie-Andrée Benny ont eu l'occasion de se produire dans le cadre des concerts organisés par l'ARAM.

 
   

Les membres du Quatuor Claudel, Élaine Marcil, Marie-Josée Arpin, Annie Parent et Jeanne de Chantal Marcil. Source: ACCJ.

 

Matinées familiales et opéras

Si les sons et brioches, au cours desquels les musiciens commentent eux-mêmes les œuvres qu'ils interprètent, ont la faveur du public, les matinées familiales remportent aussi un grand succès.

Instaurée en 1999, la formule cherche d'abord à intéresser les jeunes à la musique. Présentées sous la forme de conte ou de pièce de théâtre, ces représentations mettent en scène comédiens et musiciens.

 
 

 

Quand à l'opéra, il est parvenu, en peu d'années, - les représentations débutent en 1997 - à conquérir un public fidèle. L'Atelier lyrique de l'Opéra de Montréal et le Théâtre d'art lyrique de Laval animent ces quatre soirées annuelles.

   
 

Carrière-été

L'ARAM, dont la saison s'échelonne de septembre à la fin mai, a déjà tenté quelques incursions du côté des activités estivales. Elle a parrainé d'abord la Foire musicale (1986-1987), puis Fleuve et Musique, deux ans plus tard. Ces deux organisations présentaient des concerts populaires qui ne faisaient guère de place à la musique classique, pourtant la raison d'être de l'Association. Pour ce motif et afin de ne pas disperser ses énergies, elle n'a pas réitéré l'expérience.

 

Orchestre de chambre avec Hélène Roberge. Source: ARAM.

 
       
 

Jeunes concertistes du programme Carrière-Été, qui présentent des mini-concerts dans des centres pour personnes âgées et dans les parcs de la ville. Source: ARAM.

 

Il y a sept ans cependant, soit en 1995, elle a commencé à participer à un programme fédéral d'emploi pour jeunes, Carrière-Été. L'objectif de ce projet est de faire vivre à des musiciens âgés de 15 à 23 ans une expérience de travail.

Les jeunes participants sont habituellement choisis parmi les finalistes et les boursiers du concours de l'ARAM. Pendant 6 semaines, ils présenteront des mini-concerts dans des centres pour personnes âgées et dans les parcs de la ville.

 
   
 

Fondation Robert Lussier

L'ARAM est un organisme sans but lucratif qui, depuis sa création, repose essentiellement sur le travail de bénévoles. Subventionnée par le ministère de la Culture et des Communications, l'Association est toutefois financée en majeure partie par la vente de billets et d'abonnements.

En 1990, la Fondation de l'ARAM est créée afin de favoriser, promouvoir et financer les activités de l'Association.

 

 

Jeunes candidates au Festival-Concours de l'ARAM. Source: ARAM.

 

Suite au décès de Robert Lussier, figure de proue de la vie culturelle de Repentigny et président de l'ARAM pendant des années, la Fondation change de nom et devient la Fondation Robert Lussier.

Son objectif reste cependant le même: aider au financement des activités de l'Association.

 
   
 

Un problème de salle

Depuis sa création, il y a bientôt 20 ans, l'ARAM doit se contenter, pour présenter ses concerts et spectacles, de salles qui ne correspondent pas à ses besoins. Elle utilise soit l'auditorium de l'école Jean-Baptiste-Meilleur qui n'offre ni les commodités ni les équipements nécessaires, soit la salle du conseil à l'hôtel de ville de Repentigny qui ne contient que 200 places ou encore certaines églises sur le territoire de la municipalité.

 

Concert avec Marcel Roy. Source: ARAM.

 

 

L'Association a bien cru, il y a quelques années, que son tour était arrivé et qu'enfin on allait construire une salle de spectacle à Repentigny... Mais c'est L'Assomption qui a hérité d'un théâtre (Hector-Charland). Alors, elle s'est remise à rêver d'une salle de 400 places conçue pour la musique et qui pourrait servir pour l'enregistrement de disques. Il est évident que la concrétisation de ce projet aiderait grandement l'organisme et réjouirait certainement le public.

 
   
 

Le violoniste Jean-Séastien Roy, gagnant au Festival-Concours de l'ARAM en 1999, passionné de musique, comme en témoigne cet article de Sylvain Poisson publié dans L'Extra. Source: J. S. R.

 

Retour à la vocation première

Le théâtre et les variétés ne seront plus à l'affiche la saison prochaine (2002-2003).

Comme la Corporation Hector-Charland présente, à proximité, un produit similaire dans une salle parfaitement adaptée à ce genre de spectacles; puisque l'Association ne compte, pour l'essentiel, que sur le travail de bénévoles et ne bénéficie que de maigres subventions, elle préfère, dans les conditions actuelles, délaisser les productions coûteuses telles que le théâtre et les variétés.

Elle poursuivra donc, avec le succès qu'on lui connaît, son objectif initial: faire connaître et apprécier la musique classique.

En moins de vingt ans, l'ARAM est parvenu à former et à éduquer un public fidèle d'amateurs de musique classique. De plus, elle a créé un concours de musique qui a permis à de nombreux jeunes musiciens de s'illustrer et de se faire connaître.

 

 

Concert avec Lise Saint-Marcel. Source: ARAM.

 
 

 

Elle a parcouru bien du chemin depuis la formation de ce comité, né pour informer les parents de ce qui se donnait comme cours dans la région. Et rien ne dit que le rayonnement de l'ARAM ne va pas aller qu'en s'aggrandissant!

 

 
Le Festival international de Lanaudière

L'Association de Repentigny pour l'avancement de la musique (ARAM)

Les Jeunesses musicales (Joliette)
L'Opus 130
La Société des arts T.M.L.
Le Centre culturel de Joliette