Fernand Lindsay : un legs impressionnant
 
       
 

II - Un legs impressionnant

  • Perpétuer une tradition
  • Centre culturel
  • Le Camp musical de Lanaudière
  • Le Festival international de Lanaudière
  • Et la vie continue
 
   

Affiche des Jeunesses musicales de Joliette, saison 1961-1962. Source: ACCJ.

Chorale du Séminaire de Joliette, vers 1940. Source: ACSV.

 

Perpétuer une tradition

Il accepte en 1957 la direction des Jeunesses musicales de Joliette. Aussitôt en poste, il s'attaque au développement de l'organisme en ajoutant, entre autres, de nombreux concerts hors série.

Il institue en 1962 le Festival-Concours afin d'inciter les jeunes à jouer de la musique. À la demande des membres du chœur, il prend, en 1963, la direction des Chanteurs de la Place Bourget dont il s'occupe encore aujourd'hui, près de 40 ans plus tard.

Il perpétue à la grandeur de ses moyens, qui sont immenses, la longue tradition musicale entreprise par ses prédécesseurs, pédagogues et Clercs de Saint-Viateurs comme lui.

 
Fernand Lindsay

I - Un homme de musique

  • De Trois-Pistoles à Joliette
  • Au cœur d'un milieu musical
  • Une carrière d'enseignant
  • Un voyage qui laisse des traces
  • L'idée d'un festival d'été à Joliette

Les Chanteurs de la Place Bourget en 1964. Source: CB.

       

Fernand Lindsay, fidèle accompagnateur pendant près de 40 ans. Source: FL.

 

Il n'a pas d'autres idées en tête lorsqu'en 1968, au moment où le Séminaire devient le Cégep de Joliette, il décide, avec le père Rolland Brunelle, de sauver les salles de musique.

Parce qu'elles risquent d'être affectées à d'autres fonctions, il s'empresse de les remplir d'élèves. En agissant ainsi, il vient de jeter les bases de ce qui va devenir officiellement, en 1974, l'École de musique du Centre culturel.

 
   

Programme de la 11e saison des Jeunesses musicales de Joliette, en 1963-1964. Source: ACCJ.

 

 

Centre culturel

Les Jeunesses musicales grandissent à chaque année. En plus de compter de nombreux concerts hors série, elles se mettent à présenter du théâtre, de la danse et bientôt des variétés. Le père Lindsay décide alors de regrouper toutes ces activités sous un même toit et de créer le Centre culturel de Joliette.

 
 

Le comédien Guy Sanche, qui a incarné Bobino à la télévision de Radio-Canada, au Centre culturel de Joliette. Source: ACCJ.

Le Centre culturel de Joliette

  • À la Salle Rolland-Brunelle
  • Un centre qui s'appuie sur une tradition musicale
  • Le Centre culturel devient gestionnaire de salle
  • Le Centre culturel se structure
  • Théâtre en été et autres nouveautés
  • Bien du chemin parcouru en une trentaine d'années
   
 

Le Camp musical de Lanaudière

Afin d'amener les jeunes à faire davantage de musique et de permettre aux enfants, qui ne peuvent fréquenter le camp du Mont-Orford en raison de leur bas âge, de faire de la musique durant l'été, le père Lindsay met sur pied, en 1967, le Camp musical de Lanaudière au Lac Priscault (Saint-Côme).

 

 

Il en est depuis la fondation, le directeur, mais surtout l'âme. Si des bénévoles ont été nombreux à l'appuyer dès le début, si un directeur adjoint l'assiste aujourd'hui dans les opérations quotidiennes, le père Lindsay continue d'être au cœur de la vie du Camp.

Il y croit tellement et désire tant rester en contact avec les jeunes musiciens qu'il passe tous ses étés au Camp, dirigeant quotidiennement la chorale des enfants.

 

Article relatant la naissance du Camp musical des Jeunesses musicales à Saint-Côme, en 1967. Source: ACCJ.

 

Au Camp musical de Lanaudière, en 2001, Fernand Lindsay dirige toujours le chant choral du matin. Source: CL.

Le Camp musical de Lanaudière

  • Fonctionnement du Camp
  • Clientèle
  • Création du Camp musical
  • Une mission et une vocation
  • Qui dit camp musical, dit professeurs!
  • Des concerts
  • Une institution qui traverse les barrières du temp

 

Article de Jean-Marie Bertrand à propos de Fernand Lindsay. Source: FL.

 

Construction de l'Amphithéâtre de Lanaudière. Source: FL.

 

Le Festival international de Lanaudière

Sa tournée des grands festivals en Europe remonte à 12 ans, mais son projet de grande fête estivale de la musique ne s'est pas endormi. Alors quand, après la tenue fortuite de trois concerts de l'Orchestre symphonique de Montréal à la Cathédrale de Joliette, à l'été 1977, on le presse d'organiser d'autres événements pour l'été suivant, le père Lindsay décide de foncer.

Ce sera le début du Festival d'été de Lanaudière qui va bientôt devenir le Festival international de Lanaudière. Suivra, une dizaine d'années plus tard, la construction de l'Amphithéâtre qui va permettre au père Lindsay de réaliser un rêve qui lui est cher.

Lors de l'inauguration de celui-ci, le père Lindsay prononcera cette phrase pleine de promesses pour l'avenir: La musique s'est fait un nid dans Lanaudière et il en sortira de grandes choses…

 

Le Festival international de Lanaudière

I - Une question de qualité
II - Les années de mise en place
III - Visions d'avenir
   
  Et la vie continue

À 74 ans, le père Lindsay reste un homme d'action et de projets. Tout ce qu'il a entrepris, il l'a fait sous le signe de la durée. Et même s'il n'est plus à la direction de toutes les organisations dans lesquelles il a oeuvré, son influence reste considérable. On le consulte régulièrement, on l'invite et on l'écoute. En 2002, il fait partie du comité de recrutement d'un nouveau chef pour l'Orchestre symphonique de Montréal, en remplacement de Charles Dutoît.

 

Fernand Lindsay, personnalité de la semaine dans La Presse, en septembre 2001. Article de Jean-Paul Soulié. Source: FL.

 
   

 

Il occupe toujours la direction du Camp musical. Il demeure le directeur artistique du Festival. Il est encore très présent au Festival-Concours et il reprend même du service au sein du comité des Jeunesses musicales de Joliette.

 

 
 

Fernand Lindsay, en France avec les Chanteurs de la Place Bourget. Source: CB.

  Le père Lindsay est une figure marquante du développement de la musique dans Lanaudière et son rayonnement dépasse largement les limites de la région. On gardera de lui le souvenir d'un être passionné de musique, capable de communiquer aisément sa ferveur aux autres. Mais également l'image d'une personnalité attachante, accessible et généreuse.