Le Festival country western Lanaudière
   
 
  • Un premier festival
  • Une volonté de bien recevoir
  • Des spécialistes à l'oeuvre
  • Les prochaines éditions
 
   
 

 

Raymond Carbonneau, fondateur du Festival country western Lanaudière. Source:  CL.

 

Un premier festival

En 1997, Raymond Carbonneau se met en tête de créer un véritable volet country dans Lanaudière. Il existe bien quelques petites organisations dans la région, mais rien qui ne corresponde en importance à ce qu'il a en tête. Raymond Carbonneau est déjà propriétaire d'un immense terrain de camping à Saint-Félix, Camping Sentinelle, qui fait partie du peloton de tête de ce genre d'organisation dans la province, ainsi que d'un parc de maisons mobiles adjacent.

 
 

 

Il possède donc à la fois les espaces et les infrastructures d'accueil pour recevoir un très grand nombre de motorisés. Il ne connaît peut-être pas tout le milieu country au Québec, mais il jouit d'une grande expérience du monde du camping et caravaning. Qui plus est, il n'éprouve aucune difficulté à s'entourer d'une équipe d'experts qui connaissent la musique, les artistes et la scène country.

 
   
 

Un premier festival

En 1998, le projet se concrétise et la 1re édition du Festival country western Lanaudière a lieu à Saint-Félix sur le site du Camping Sentinelle. Le succès est immédiat. En 3 jours, 7 500 amateurs foulent le sol du Festival. Pour obtenir ce résultat, le responsable a pu compter sur une équipe de bénévoles et d'employés dévoués.

 

Ovila Landry en spectacle en 2001. Source: CL.

 



Entrée du Festival au Camping Sentinelle. Source:  CL.

 
 

 

Comme il le dit lui-même, Raymond Carbonneau a dès le début «attaqué le marché en lion». Membre de plusieurs associations provinciales, il a rapidement développé un plan de marketing et une stratégie publicitaire qui ciblait une clientèle spécialisée à la grandeur du Québec. Les résultats n'ont pas tardé à se faire sentir.

 
   
 

Une volonté de bien recevoir

Un des grands avantages dont dispose Raymond Carbonneau, c'est d'être propriétaire d'un camping connu et reconnu qui accueille déjà une clientèle qui vient de partout au Québec, mais également des autres provinces et même d'Europe.

 

 

Une partie de l'équipe du Festival réunie dans la guérite à l'entrée du Camping. Source:  CL.

 

Il s'organise donc pour que l'on voit le Festival comme une organisation qui met tout en œuvre pour choyer sa clientèle, en lui offrant des spectacles dans un environnement adéquat où tous les services requis sont disponibles. La qualité des infrastructures est aussi importante à ses yeux que la programmation. N'oublions pas que la clientèle visée est les propriétaires de motorisés. Ils représentent environ 75% des amateurs qui fréquentent le Festival. En 2002, ils étaient 1 200 à s'installer pour 4 jours, voire une semaine sur le site.
  L'entreprise est en pleine expansion, explique Raymond Carbonneau. Comme pour le camping, notre premier objectif est de bien recevoir le monde. C'est une qualité qui a fait notre réputation. J'aime mieux que nous soyons reconnu que simplement connu et nous travaillons dans ce sens. Nous soignons notre image pour que les gens aient le goût de revenir soit au camping soit à la prochaine édition du Festival. Nous ne sommes pas des "vendeux" de spectacles.

 

Sur le site du Festival, en 2001. Source:  CL.

 
     
   
 
Des spécialistes à l'œuvre

Raymond Carbonneau s'est entouré d'une équipe de spécialistes qui compte dans ses rangs un promoteur responsable de la programmation ainsi que des organisateurs-représentants. Ces derniers sont installés à l'extérieur de la région et ils sillonnent la province, mais également le Nouveau-Brunswick, l'Ontario et l'état du Maine afin de développer et diversifier la clientèle.

.

 

Monter une programmation, c'est encore ce qui est le plus facile. Le véritable travail d'organisation consiste à percer le marché et à intéresser différents publics à ce qu'on fait ici à Saint-Félix. Voilà pourquoi nos représentants vont rencontrer les gens chez-eux, que ce soit au Québec ou en Ontario par exemple, commente le promoteur. Les résultats prouvent bien que l'approche est rentable. Un public francophone de l'extérieur de la province prend maintenant la direction du Festival country western Lanaudière.

 

La relève sur scène, en compagnie de Lisette Boivin, en 2001. Source:  CL.

 
   
 

Les prochaines éditions

La 5e édition du Festival à Saint-Félix n'a pas débuté encore que déjà les organisateurs sont à planifier la programmation pour 2003. Le développement se fait à grande échelle. Après avoir épuisé un premier tirage de 20 000 dépliants, Raymond Carbonneau a commandé 15 000 copies supplémentaires.

 

La chanteuse Diane Potvin. Source:  RT.

 

Wagonnette à l'entrée du Camping Sentinelle en 2001. Source:  CL.

 

 
 

Plus de 3 000 de celles-ci ont été distribuées en Ontario et 3 000 autres ont fait l'objet d'un vaste envoi postal. Le responsable du Festival attend environ 15 000 spectateurs pour l'édition 2002, soit le double de l'achalandage de la première année.

L'impact est énorme dans la région et tout le monde en profite, que ce soit le secteur de la restauration, de l'hébergement ou de l'alimentation. On sort tous gagnants d'une telle affluence de visiteurs.

 

 

Le maire, qui va ouvrir le Festival, m'a confié récemment que le Festival représentait la pierre angulaire de l'essor de Saint-Félix. Que dira alors le maire si le Festival country western Lanaudière remporte la palme au Gala des festivals country du Québec - le Festival figure parmi les finalistes - qui vise à récompenser le meilleur festival de la province?

 

 
 

La chanteuse Aline Gibson. Source:  RT.

 
Le Festival country de la volaille Berthierville
Le Festival country western Lanaudière (Saint-Félix)
Le Festival patrimonial du lac Maskinongé