Les Sénateurs de Joliette

 
 
  • Un corps de tambours et clairons
  • Les débuts
  • Les Sénateurs : 2e époque
  • Sur la scène mondiale
  • Une école de formation
  • Travail, force et discipline
  • Un marché en expansion, mais moins de musiciens
 
   
 

 

Les Sénateurs de Joliette, prêts pour la parade, à Joliette, en 2001. Source: CL.

 

Un corps de tambours et clairons

Les Sénateurs de Joliette sont un corps de tambours et clairons qui continuent de porter le flambeau de la musique de fanfare qui s'était éteint en 1980 au moment de la dissolution de l'Union Musicale de Joliette.

D'abord baptisé les Petits cadets joliettains, puis les Cadets joliettains, l'ensemble a finalement pris le nom des Sénateurs de Joliette plus de 2 ans après le début de ses activités en 1959.

 

 
 

Composée au départ de jeunes musiciens âgés entre 8 et 10 ans, la formation se définit alors comme un corps de parade uniquement. Elle ne prend donc part à aucune compétition et son rayonnement se voit ainsi limité.

En 1962, à l'adoption de son nouveau nom, elle se lance dans la compétition et commence aussitôt à faire davantage parler d'elle.

 

Carte postale des Cadets joliettains, premier nom des Sénateurs de Joliette. Source: SJ.

   
 

Mot de bienvenue de Fernand Dumulong, président des Sénateurs en 1969 et encore aujourd'hui, en 2002. Source: SJ.

 

Les débuts

Jean Croisetière et Fernand Dumulong, l'actuel président, joignent leurs efforts et leurs expériences pour mettre sur pied le corps de tambours et clairons. Ils ont fait partie tous les deux des cadets de l'armée. Jean Croisetière se chargera des marches et manœuvres et Fernand Dumulong verra à l'aspect musical. Ce dernier a reçu a reçu sa formation au sein de l'Union Musicale dont il a été membre pendant quelques années.

 

 
 

 

Rapidement les responsables font appel à deux instructeurs qui connaissent bien la musique: le père Rolland Brunelle, qui dirige alors l'Union Musicale, et l'un de ses amis musiciens, Armand Asselin, qui a été longtemps actif au sein de l'Orchestre Asselin et qui s'occupera durant de longues années des cadets de la marine. L'équipe est solide et les résultats ne tardent pas à se faire sentir.

 

L'Union Musicale, don de Raymond Locat, octobre 2000. Source: ASHJL.

 

Écusson des Sénateurs. Source: SJ.

 

 

Défilés, spectacles et galas militaires se succèdent. En 1964, Les Sénateurs de Joliette font leur entrée au Forum de Montréal lors du 5e Gala National. La même année, ils remportent le Championnat métropolitain à Montréal et, peu de temps après, ils se classent parmi les finalistes lors d'un championnat canadien en classe trompette.

Les Sénateurs ont le vent dans les voiles. Mais les musiciens des débuts ont pris de l'âge, ils ont maintenant entre 17 et 18 ans. Leurs cœurs les appellent dans une direction qui ne coïncide pas toujours avec la discipline et le travail qu'exigent Les Sénateurs. L'ensemble doit mettre fin à ses activités.

 

 

Mot du président, Fernand Dumulong, annonçant le retour des Sénateurs de Joliette en 1969.

   
Les Sénateurs de Joliette
Rawdon Pipes and Drums
Les gardes paroissiales
   
 

Les Sénateurs : 2e époque

Après une renaissance (1969) qui ne sera que de courte durée, Les Sénateurs de Joliette reprennent la route et le chemin des Championnats en 1990.

Fernand Dumulong, dont le nom sera rapidement associé à l'ensemble joliettain, a décidé de faire revivre la belle époque de la formation et, si cela est possible, de mener le corps de tambours et clairons encore plus loin sur la voie du succès.

La formation n'a qu'un an et déjà on la retrouve au défilé de la Saint-Jean-Baptiste en 1991. L'année suivante, elle représente le Québec lors du bicentenaire de l'état du Vermont et participe au Festival Juste pour Rire pendant toute la durée de l'événement. La même année, elle remporte le Championnat provincial classe C et est choisie parmi les 70 corps musicaux de la province, pour prendre part au Gala de l'ADISQ (association québécoise de l'industrie du disque, du spectacle et de la vidéo).
 

Les Sénateurs de Joliette à l'aréna de Joliette, en 1969. Source: SJ.

 

 
 

Les Sénateurs au Festival musical de Montréal en 1991. Source: SJ.

Les Sénateurs au Championnat provincial en 1997. Source: SJ.

 

 

Avec le temps, Les Sénateurs ouvrent leurs rangs à toujours de jeunes musiciens. Ils étaient 25 au début, ils sont rendus 60 en 1994. Forts de leurs succès aux compétitions provinciales - ils gagnent le Championnat classe B en 1994 - , ils s'orientent de plus en plus vers les compétitions nationales et internationales.

 
   
 

Sur la scène mondiale

En 1997, Les Sénateurs de Joliette commencent à participer aux Championnats mondiaux (Drums-Cors-International) qui se tiennent annuellement aux États-Unis.

Durant 3 années consécutives, ils se classent en finale, remportant les 5e, 6e et 7e places à Orlando, Buffalo et Washington. Ils sont les premiers au Québec à se mériter de tels honneurs et le seul ensemble du pays a être choisi pour représenter le Canada à une compétition au Japon en 1998. Les Sénateurs n'ont cependant pas été en mesure d'honorer l'invitation japonaise pour des raisons financières.

 

La remorque des Sénateurs pour le transport des instruments et accessoires. Source:  CL.

 

 

Les Sénateurs de Joliette, lauréats de la compétition en 2001, à Joliette. Source:  CL.

Les musiciens sont souvent sur la route sillonnant le Québec, l'Ontario et les États-Unis. En plus des quelque 50 parades auxquelles ils prennent part à chaque année, ils participent à une quinzaine de compétions dont la moitié a lieu chez nos voisins du Sud.
 
   
 

Une école de formation

Si les musiciens sont surtout actifs au printemps et à l'été, ils ne chôment cependant pas le reste de l'année. Une fois par mois, ils s'inscrivent à des camps musicaux de fin de semaine.

Ils se regroupent alors en ateliers, selon leurs instruments, pour pratiquer, répéter et apprendre les pièces qui constitueront le nouveau programme. Ils sont encadrés par 6 ou 7 instructeurs spécialistes: percussions, cuivres, marche et manœuvre, corps des couleurs etc.

Car il faut savoir qu'un corps de tambours et clairons ne fait pas qu'interpréter de la musique. En plus des musiciens qui marchent au pas, se déplacent, exécutent des manœuvres, nous retrouvons un corps de couleurs qui, au rythme de la musique, crée un feu roulant de mouvements projetant dans les airs drapeaux, sabres et carabines.

 

 

Préparation des instruments avant la parade à Joliette, en 2001. Source:  CL.

Préparation des instruments avant la parade à Joliette, en 2001. Charriot tiré par Fernand Dumulong. Source:  CL.

 

Les Sénateurs en spectacle au stade de Joliette, en 2001. Source:  CL.

 

 

Une performance de 10 ou 11 minutes - limite de temps imposée par la compétition - demande des mois de répétition. Tout est réglé au quart de tour et chaque élément est analysé par des juges et évalué.

 
   
 

Les Sénateurs au Championnats du monde en 2001. Source:  SJ.

  Travail, force et discipline

Les musiciens d'un ensemble comme Les Sénateurs doivent travailler fort et régulièrement. En plus d'apprendre la musique et les manœuvres, ils doivent avoir du souffle - jouer du baryton en même temps que marcher au pas -, développer un bon synchronisme et être en grande forme physique.

Un joueur de grosse caisse, par exemple, se déplace en jouant d'un instrument qui pèse pas moins de 40 livres. L'entraînement comprend donc des périodes de conditionnement physique afin d'accroître la capacité pulmonaire et de renforcer la musculation.

 
 

 

Mais ce qui doit primer avant tout, explique Fernand Dumulong, c'est la discipline. Il n'hésite pas à dire que la discipline est la grande force des Sénateurs.

 

Fernand Dumulong, président des Sénateurs. Source:  CL.

 

Ce n'est pas facile de faire partie des Sénateurs. Il y a des règles à suivre et il faut faire des sacrifices.

Fernand Dumulong

Il est convaincu que c'est justement cette qualité essentielle qui a propulsé la formation vers de si hauts sommets.

 
 

 

Les gens qui font appel à nos services savent que nos jeunes sont disciplinés et se comportent très bien, autant lors des événements qu'après, dit-il.

Il est de plus assuré que c'est l'une des raisons pour lesquelles on fait souvent appel à eux. Et question de discipline, il peut en montrer à plusieurs!

Depuis 12 ans, Fernand Dumulong consacre une très grande partie de son temps aux Sénateurs qui sont occupés 11 mois par année. Il les accompagne lors des répétitions, des parades et des compétitions et, qui plus est, il doit s'acquitter de tâches administratives. Fernand Dumulong a vendu son âme aux Sénateurs.

 
   
 

Expansion du marché mais diminution des musiciens

Les Sénateurs brillent sur la scène internationale. Ils sont plus reconnus que jamais ici et à l'étranger. Ils ont développé un répertoire qui puise abondamment dans le jazz, laissant loin derrière les traditionnelles marches militaires.

Ils sont présents à l'École secondaire Thérèse-Martin dans le cadre d'une "option spéciale Sénateurs " offerte aux étudiants en musique de cet établissement depuis 1999.

Et malgré cela…

Malgré cela, leur avenir n'est pas pour autant assuré. Les coûts de fonctionnement sont énormes: frais de formation, achat des uniformes, entretien des instruments, dépenses liées aux voyages et... les revenus encore trop maigres. Mais le problème majeur reste encore le recrutement, comme en 1966.

 

Les Sénateurs aux Championnats du monde en 1998. Source: SJ

 
 
À l'École secondaire Thérèse-Martin
  • Les harmonies à l'École secondaire Thérèse-Martin
  • En collaboration avec Les Sénateurs de Joliette
  • Une harmonie sur la scène régionale et nationale
  • Une école de musique
 

 

Pour pouvoir continuer à participer à des compétitions de haut calibre, il faut compter sur des musiciens plus âgés, et donc plus expérimentés, et la relève tarde à se manifester. Les adolescents travaillent dans leurs temps libres et sont, par le fait même, moins disponibles.

 

 

Les Sénateurs ont pour l'instant réglé la question. Ils se sont associés à un autre corps de tambours et clairons, les Sentinelles de Varennes, en manque, comme eux, d'effectifs. En joignant les deux ensembles, la formation compte alors suffisamment de musiciens pour répondre aux exigences de la Drums-Corps-International, notamment.

Les Sénateurs de Joliette sont reconnus comme étant d'excellents ambassadeurs pour la ville et la région. Va-t-on laisser s'éteindre un ensemble qui porte les couleurs d'un Sol de musique et qui sonne tambours et clairons partout sur son passage?

   
Les Sénateurs de Joliette
Rawdon Pipes and Drums
Les gardes paroissiales
   

Les Sentinelles de Varennes, alliés et compétiteurs des Sénateurs, Joliette, 2001. Source:  CL.