Denis Fréchette ad lib

       
 
  • Denis Fréchette: naissance d'une carrière
  • De la fanfare au big band
  • Denis Fréchette et la Bottine Souriante
  • Un prof en piano jazz
  • Les productions du Chemin 4
  • Le retour du big band
 
   
 

Denis fréchette et son big band, en 1989. Source: DF.

 

Les Cadets Joliettains dont ont fait partie Denis Fréchette et Dany Couty, devant le Séminaire de Joliette, vers 1960-1965. Source: ACSV.

 

Denis Fréchette: naissance d'une carrière

Denis Fréchette est le premier musicien de la région à s'être lancé dans l'aventure du jazz. Il est sans doute d'ailleurs l'un des rares à être identifié à ce genre musical dans Lanaudière. À 9 ans déjà, il commence à jouer de la trompette au sein des Cadets joliettains puis rejoint, quelques années plus tard, les rangs des cadets de la marine, alors sous la direction d'Armand Asselin. C'est d'ailleurs lui qui l'a incité à poursuivre des études en musique.

Denis Fréchette garde de très bons souvenirs de cette époque. Il reste convaincu que c'est ce passage au sein d'une fanfare qui l'a conduit à former un big band de jazz une vingtaine d'années plus tard.

Il suit les conseils d'Armand Asselin et s'inscrit en musique au Cégep Saint-Laurent. Les études collégiales ne sont pas terminées que le voilà déjà à courir les boîtes de jazz à la recherche de musiciens qui l'accueilleront sur scène à leurs côtés.

 
 

 

C'est ainsi qu'il fait la rencontre des membres du Quatuor du jazz libre du Québec avec lesquels il joue sur la rue Saint-Paul à Montréal. Fonceur, il pousse l'audace jusqu'à proposer au géant, Sonny Rollins, d'interpréter quelques pièces, en sa compagnie, lors de l'un de ses passages au In Concert (Montréal). Et dire qu'il y a à peine 2 ou 3 ans, il paradait dans les rues de Joliette avec les cadets de la marine!

 

 
  De la fanfare au big band

À sa sortie du Cégep en 1971, il est engagé dans un orchestre formé d'étudiants du Conservatoire. Puis il fonde ses premiers ensembles et se produit à chaque occasion qui se présente. Durant 20 ans, il participera avec ses formations à la Saint-Jean-Baptiste à Joliette, d'abord en sextuor ou septuor, puis avec son big band.

 

Denis Fréchette au bar Blue Note, à Montréal, en 1981. Source: DF.

 

Découpures de presse du Montreal Sound, dirigé par Denis Fréchette. Source: DF.

C'était facile pour moi d'obtenir le contrat puisque j'étais le seul à offrir du jazz dans la région. Si les organisateurs désiraient présenter quelque chose de différent qui n'était ni du pop ni de la musique traditionnelle, ils n'avaient pas beaucoup d'autres choix que de faire appel à nous, explique Denis Fréchette.

 
   
 

 

Musicien libre de toute attache, il peut se permettre de jouer avec qui il veut et quand il veut. Il travaille beaucoup et ne connaît pas de périodes creuses. Il fait du jazz certes, mais consacre du temps au pop et à la “dance music”. Il forme d'ailleurs le Montreal Sound, qui interprète des pièces funky et du rhythm and blues, avec lequel il fait la tournée des arénas et des clubs.

En 1981, il met sur pied un big band, le Fréchette ad lib, composé de 7 cuivres et de 4 percussionnistes. Les musiciens viennent tous de Montréal, à l'exception du guitariste joliettain, Dany Coutu.

 

 

Dany Coutu

  • Un musicien accompli
  • Sur toutes les scènes
  • Profil jazz et blues
 

Denis Fréchette ad lib au Festival international de jazz de Montréal, en 1986. Source: DF.

 

L'ensemble, qui interprète principalement des compositions originales, restera soudé pendant 10 ans et participera chaque année au Festival international de jazz de Montréal.

L'orchestre ne se réunit pas souvent, car chacun des musiciens poursuit sa propre carrière. Mais il donne tout de même une douzaine de concerts annuellement au Festival d'été de Québec, au Festival d'été de Lanaudière et dans des bars montréalais.

 
   

La Bottine Souriante au Festival Mémoire et Racines, en 2001. Source: CL.

 

Denis Fréchette et la Bottine Souriante

En 1987, Denis Fréchette participe à l'enregistrement du 5e disque de la Bottine Souriante, Tout comme au Jour de l'An. L'album est réalisé dans le studio qu'il a aménagé dans sa cuisine pour la circonstance. Il rejoint bientôt la formation avec laquelle il part en tournée. Manquant de temps, il délaisse, petit à petit, le big band qui cesse ses activités en 1991.

 
 

 

Il prend une part active dans la fusion qui va s'opérer entre les cuivres du Fréchette ad lib et le groupe de musique traditionnelle. La Bottine prend un petit air jazz et commence à conquérir un vaste marché. Les cuivres trouvent leur place au sein de la formation. Ils sont maintenant là pour rester. Après une douzaine d'années avec la Bottine, Denis Fréchette quitte le groupe, décidé de poursuivre sa route sur un autre chemin.

   

Un prof en piano jazz

Peu de temps avant de rejoindre la Bottine Souriante, Denis Fréchette répondu à l'invitation de Claude Pépin, responsable du Département de musique au Cégep de Joliette, qui lui offre de monter un ensemble avec les étudiants du Département.

Cette expérience lui ouvre bientôt la porte de l'enseignement. Progressivement, d'autres professeurs de jazz et de pop viennent former ce qui va devenir le programme Musique populaire, profil jazz-pop. Denis Fréchette continue, depuis 14 ans, à enseigner le piano jazz au Cégep.

 

 

Des étudiants du profil jazz-pop au Cégep régional de Lanaudière à Joliette. Source: CRLJ.

 

Profil jazz-pop au cégep

  • Un programme en jazz-pop
  • Musique afro-américaine, actualité et tradition

Denis Fréchette, dans son studio des Productions du Chemin 4. Source: DF.

 
 

Les Productions du Chemin 4

Parallèlement à ses activités de professeur et de musicien, il développe une petite entreprise d'enregistrement qui prend le nom des Productions du Chemin 4.

L'expérience avec le disque de la Bottine Souriante a donné l'idée à André Marchand et Denis Fréchette de s'associer et de monter un studio de son.

   

 

Après plusieurs années de fonctionnement artisanal, Denis Fréchette se lance, en 1996, dans la construction d'un véritable studio d'enregistrement conçu par un architecte spécialisé.

Malgré le peu de publicité, nombre de musiciens de la région et de l'extérieur prennent la direction du Chemin 4 pour enregistrer leurs propres productions. Aujourd'hui, le musicien a le désir de donner plus d'essor au studio et de collaborer avec les artistes afin de produire davantage de disques.

 
   

Au bar Club Soda, à Montréal, en 1989. Source: DF.

 

Le retour du big band


Denis Fréchette s'ennuie de l'époque où il se réunissait avec ses amis pour faire de la musique au sein de son big band. Il désire reprendre l'expérience là où il l'a laissée, il y a plus de 10 ans. Il a gardé contact avec ses anciens complices qui se disent prêts à refaire la route avec lui. Marqué par son passage au sein de la Bottine, Denis Fréchette a assimilé des influences de musique celtique qu'il compte bien intégrer à son ensemble.

En se joignant à la Bottine Souriante, il y a une quinzaine d'années, Denis Fréchette a participé à la rencontre du jazz et de la musique traditionnelle. Aujourd'hui, il désire opérer un métissage semblable et apporter une couleur traditionnelle à la musique de son groupe de jazz.
 

 

Denis Fréchette ad lib, 1989. Source: DF.

 

 

 

 

Même s'il aime l'enseignement, il se définit davantage comme un homme de création et de production. Il se voit à nouveau former de petits ensembles, composer, faire des arrangements, écrire de la musique de film et enregistrer sa propre musique.

Il possède maintenant les outils pour mettre lui-même sur le marché ses productions. Il n'a donc pas à attendre après des gens qui lui dicteraient ce qu'il doit faire. S'il reprend le chemin de la création, qu'il a un peu délaissé depuis qu'il a quitté la Bottine, c'est pour réaliser ce qui lui tient à cœur: sa musique.

   
Paul Brochu

Dany Coutu

Denis Fréchette
Stéphane Crytes
Jimmy De Petrillo
Yannick Rieu