Les années 2000

 

 
 
  • Au-delà des frontières
  • Place à la diffusion
  • Vers l’avenir
 
   
 

 

La chanteuse Gabrielle Destroismaisons.

 

 

Au-delà des frontières

Les décennies précédentes ont été des années de dur labeur et de travail acharné pour toute la colonie musicale lanaudoise qui n’a jamais cessé de croire en l’importance de la musique populaire dans la région.

Ce nouveau courant, en provenance des États-Unis, a connu un succès fulgurant dans les années 1950 et a rapidement franchi les frontières québécoises pour se retrouver ici, chez nous. À l’aube du 21e siècle, nous pouvons constater que les choses ont bien évolué et ce, en quelques décennies seulement.

 
 

 

Non seulement tout est maintenant mis en place pour que la relève déploie ses ailes ici, mais déjà, l’activité musicale lanaudoise dépasse les frontières de la région et même de la province. Des artistes d’ici comme Daniel Boucher et l’auteur compositeur interprète Yann Perreault ont gagné des concours d’envergure et ont fait des tournées européennes.

D’autres encore se sont fait connaître au sein de grandes productions telle l’interprète Gabrielle Destroismaisons qui a incarné Fleur-de-Lys dans le drame musical Notre-Dame de Paris de Richard Cocciante et Luc Plamondon. Enfin, des groupes comme les Cowboys fringants et Yelo Molo, qui ont débuté leur carrière discrètement, connaissent désormais un véritable succès.

 
 

 

Le groupe Yelo Molo. Source: YM.

 

  • Daniel Boucher, le poète des temps gris
  • Gabrielle Destroismaisons, petite fleur deviendra grande
  • De fringants cowboys!
  • Un retour à la chanson pour Yann Perreault
  • Yelo Molo haut en couleurs
  • Martin Deschamps: la musique à sa manière
  • Richard Pelland, un autre artiste de la relève
  • Une musique, une région
   
 

Place à la diffusion

Les salles de diffusion ainsi que les bars font une grande place à la musique populaire dans leur programmation et donnent parfois la chance à de nouveaux talents de présenter leurs propres compositions. Les événements, fêtes et festivals se multiplient et intègrent très souvent des concours amateurs. Ils encouragent ainsi la très jeune relève et l’incitent à persévérer dans une éventuelle carrière.

 

 

 

 

  • Dans Lanaudière
  • Le Département de musique et les salles de spectacle au Cégep
  • La musique d’ici dans les bars d’ici
  • Le B.E.
  • L’Artishow
  • L’Interlude
  • La prolifération des groupes et des artistes
  • Des salles de diffusion à profusion
  • La tournée des concours

Participants et organisateurs du concours Ma chanson, mon challenge au théâtre Hector-Charland en 2001. Source: CL.

 

 

Non seulement le nombre d’artistes augmente dans la région, mais tous les métiers et services liés au monde de la musique se développent afin de créer un milieu musical de plus en plus vivant. Qu’il s’agisse de studios, de techniciens, de producteurs, d’organisateurs et, bien sûr, de professeurs. Il est donc maintenant possible de réaliser son propre album dans la région et de le distribuer dans toute la province tout en ayant son pied à terre dans Lanaudière.

 

 

Gilles Cantin et son groupe au Show Son et Avoine en 1997. Source: Gaétan Laurin.

La Saint-Jean à Joliette en 2001. Source: CL.

   
Festival Rock Franco à Saint-Michel-des-Saints

Rendez-vous estival Le Gardeur

L'Assomption en fête
Foire rurale de Berthier
Festi-Chertsey
Challenge Volleyball de Repentigny
Festival Tout Pour la Musique
Les Mardis d’août
Centre-ville en fête

 

 

Vers l’avenir

Lanaudière regorge de musiciens et de ressources musicales comme jamais auparavant. Et l’avenir est prometteur. Beaucoup de musiciens et d’artistes choisissent la région afin de s’y installer; d’autres, natifs de l’endroit, décident de rester ici et d’y faire carrière.

 

 

Étudiant du Département de musique du Cégep régional de Lanaudière à Joliette. Source: CRLJ.

 

 

Bien que ce soit encore dans les grands centres que la vie musicale est la plus intense, les possibilités de se former et d’entreprendre une carrière sont maintenant à portée de la main. Lanaudière est définitivement entrée dans la danse, et elle le fait sur des airs bien à elle.