La musique populaire dans Lanaudière
   
 
  • Dans un passé pas si lointain
  • Des années d’ébullition
 
   

 

Gilles Vigneault, en 1965, invité par les Jeunesses musicales à Joliette. Source: ACCJ.

Clémence Desrochers. Source: ACCJ.

Pauline Julien. Source: ACCJ.

 

Dans un passé pas si lointain

Si la musique populaire existe depuis longtemps, ce n’est que vers la fin des années 1950, avec l’arrivée du rock et des chansonniers, qu’elle explose véritablement. Au Québec, elle se retrouve au croisement de plusieurs genres et trouve ses sources dans la musique traditionnelle, le folk, le blues, le country et la chanson française. Grâce à elle, toute une génération peut exprimer ses intérêts, ses inquiétudes et le changement imminent.

Contrairement à ce qui se passe dans les centres urbains, la musique populaire éprouve plus de difficulté à naître et à s’épanouir dans la région. Il faut être curieux pour la connaître car l’information ne circule pas aussi rapidement qu’aujourd’hui. Heureusement, plusieurs musiciens se sont chargés de la diffuser.

Depuis des années maintenant, la région s’est mise au diapason des grandes villes. On y écoute et y compose de la musique populaire. Lanaudière est véritablement entrée dans la cadence. Et qui dit qu’un jour ce n’est pas elle qui marquera le pas?

 

Des pionniers de la musique populaire dans la région, dans les années 1970: Pierre Noël, Alain Pichette et Paul-Émile Poirier et inconnu en compagnie de Châtelaine. Source: Réal Marcil

 

Groupe de Richard Pelland au Show Son et Avoine en 1997. Source: Gaétan Laurin.

 

 
 
 

Des années d’ébullition

L’évolution de la musique populaire au Québec s’est faite au cours d’une époque d’ébullition politique, technologique et culturelle. En tenant compte de cette évolution, nous avons divisé son histoire en 5 périodes couvrant chacune une décennie : les années 1960, marquées par les débuts du rock, l’expression des chansonniers québécois et l’arrivée d’un nouveau discours soutenu par de nouveaux médias; les années 1970, où se côtoient le Top 40 et l’affirmation musicale originale; les années 1980, qui voient le milieu musical lanaudois s’organiser; les années 1990, qui font place à l’émergence de nouveaux talents dans la région; les années 2000, tournées vers l’avenir.

 

   
Nous verrons que la musique populaire prend sa place dans le paysage lanaudois et que c’est grâce à un certain nombre de pionniers que la relève d’aujourd’hui peut apprendre et présenter ici, comme partout à travers le Québec, une musique populaire actuelle.  

 

Claude Joly et Louis-René Préville, de Vade Jetro, récipiendaire du Concours d'orchestre de la revue Pop Rock en 1972. Source: Daniel Poirier.

   
la musique populaire dans Lanaudière

Les années 1960

Les années 1970
Les années 1980
Les années 1990
Les années 2000