La musique populaire dans Lanaudière

 

 
 
  • Un genre en constante évolution
  • Métissages et amalgames
  • Un univers médiatique
  • Depuis les années 1960
  • Un milieu qui se partage en deux
  • Le milieu s’organise
  • Un souffle nouveau
 
   

 

Le groupe Yelo Molo. Source: site de Yelo Molo.

 
Un genre en constante évolution

La musique populaire est née d’un besoin de la société d’exprimer ses idées, ses valeurs, ses principes par l’entremise d’un moyen de communication rythmé et mélodieux. Issue de la culture populaire, elle suit de près les modes, les courants, les tendances des différentes époques, quand ce n’est pas elle qui les initie. Elle évolue rapidement. Elle est au cœur des réalités quotidiennes. Elle est diffusée par les médias tels que la radio et la télévision – des moyens efficaces de la répandre –.

 
 

 

La musique populaire forme les vedettes populaires qui deviennent souvent les porte-parole des multiples discours de toute une génération. Elle est donc l’un des moyens les plus efficaces pour diffuser des opinions personnelles et collectives. Elle devient un véhicule idéal pour raconter des histoires et faire circuler les idées.

 
   
 

Métissages et amalgames

La musique populaire résulte d’un métissage de genres musicaux. Le rock, par exemple, est issu d’un amalgame de jazz, de blues, de rythm’n blues et de country. Quant à la chanson québécoise, elle est née d'une heureuse rencontre entre la poésie, la chanson française et la chanson traditionnelle.

La musique populaire est en mouvance. Elle est à l'origine des courants musicaux éphémères. Influencée par les nouvelles technologies et les modes, elle est un acteur important des changements de valeur... elle naît, passe, meurt…et recommence.

 

 

Le bassiste Frédéric Beauséjour accompagne aujourd'hui Robert Charlebois. Source: FB.

 
   
 

 

Plusieurs styles très populaires s’éveillent et s’éteignent rapidement. C’est le cas du yéyé, du rockabilly ou du punk. Ces courants ont permis une certaine exploration musicale et ont laissé des traces dans d’autres genres musicaux.

 

  • Le poète des temps gris
  • Petite fleur deviendra grande
  • De fringants cowboys!
  • Un retour à la chanson pour Yann Perreault
  • Martin Deschamps : la musique à sa manière
  • Richard Pelland, un autre artiste de la relève
  • Une musique, une région
 

Daniel Boucher. Source: site de GSI Musique.

 
   

 

Le trio d'humoristes Paul et Paul. Source:  ACCJ.

 

 

 

Un univers médiatique

La musique populaire est intimement liée aux médias de masse. Tous deux axés sur la consommation rapide, ils ont besoin l’un de l’autre pour exister. Les médias de masse créent des vedettes issues du milieu musical populaire. Les médias obtiennent ainsi une grande visibilité et les artistes, une forte popularité. La télévision est l’un de ces médias. Inventée dans les années cinquante, elle est une fenêtre ouverte sur le monde et nous fait découvrir les grands noms d’ici et d’ailleurs.

 

 
  Nous traiterons, dans ces pages sur la musique populaire, de ce vaste univers complexe et en constante évolution où des styles musicaux, parfois fort différents, se côtoient sans toujours se rencontrer. Il sera donc question de rock, de pop, de folk, de techno, de hip-hop, etc, mais également de chansons, d’auteurs compositeurs et d’interprètes. Bien que parfois fort différents, ces styles font partie de la musique populaire que l’on entend et compose ici.  

L'Ensemble Vocal Art et Son intègre le chant et la mise en scène. Source: Art et Son.

   

Depuis les années 1960

La musique populaire existe depuis fort longtemps. Il est difficile de trouver le moment précis où elle a pris sont envol, mais elle semble exploser vers la fin des années 1950, peu après l’invention de la télévision. Nous parlerons donc de la musique populaire à partir des années 1960, là où un véritable foisonnement se fait sentir. C’est à ce moment que nous retrouverons en même temps, mais sur différentes scènes, du rock, du pop et de la chanson québécoise.

 

 

Le groupe Les Cailloux, au Centre culturel de Joliette, en 1965. Article du Joliette Journal, 24 mars 1965. Source:  ACCJ.

   
la musique populaire dans Lanaudière

Les années 1960

Les années 1970
Les années 1980
Les années 1990
Les années 2000

 

Céline Dion, native de Charlemagne, dans Lanaudière.

 
 

Un milieu qui se partage en deux

Le milieu de la musique populaire dans la région peut se diviser en deux. Deux groupes qui, bien qu’ils pratiquent le même métier, n’occupent pas le même espace dans la région.

Plusieurs artistes, originaires de Lanaudière, sont devenus avec les années des vedettes. Leur rayonnement ne se fait pas sentir particulièrement ici et ils n’entretiennent souvent aucun lien tangible avec la communauté. L’exemple le plus marquant est celui de Céline Dion. Elle est née à Charlemagne, mais habite maintenant la planète.

   

 

Jean-Pierre Ferland, résidant de Saint-Norbert, dans Lanaudière.

 

D’autres par contre ne sont pas natifs de la région. Ils sont venus s’établir ici pour des motifs qui ne sont pas nécessairement liés à leur métier. Ils sont peu ou pas impliqués au sein du milieu culturel de Lanaudière et exercent leur travail à l’extérieur de la région. C’est le cas, notament, de Jean-Pierre Ferland qui s’est installé à Saint-Norbert, il y a des années sans s’intégrer à la communauté artistique locale.

Et puis, il y a tous les autres dont le travail et la carrière, sans se dérouler nécessairement dans Lanaudière, ont des retombées sur la région. Qu’ils soient nés ici, qu’ils y aient été de passage, qu’ils s’y soient établis, ils marquent, par leur présence, par leur travail, par leur implication, par leur influence, par leur exemple, le paysage culturel de la région. C’est à eux que Lanaudière doit d’abord son développement et sa vitalité sur le plan artistique. Nous pensons à des gens comme Martin Deschamps dont la carrière a commencé à prendre son essor ici. Il est toujours accompagné par des musiciens de Lanaudière et son nom reste identifié à la région.

Nous tenterons de n’omettre personne, mais nous réserverons davantage d’espace à ceux et celles qui, parfois dans l’ombre, d’autres fois sous les feux des projecteurs, mettent en lumière la musique populaire ici et maintenant.

 

  • Dans Lanaudière
  • Le Département de musique et les salles de spectacle au Cégep
  • La musique d’ici dans les bars d’ici
  • Le B.E.
  • L’Artishow
  • L’Interlude
  • La prolifération des groupes et des artistes
  • Des salles de diffusion à profusion
  • La tournée des concours
 
 
 

Le milieu s’organise

Dans les années 1960, Lanaudière découvre le rock. Nous pouvons l’entendre dans les bars, les fêtes, les soirées dansantes et les noces. Puisqu’il n’y a pas encore d’école, les musiciens de la région apprennent par eux-mêmes. C’est par leur intérêt, leur travail et leur acharnement qu’ils ouvrent la voie de la musique populaire dans la région.

 
 

 

Doc et les Chirurgiens. Source: Gaétan Laurin.

Les bars proposent des spectacles variés : rock, pop et chansonnier. Au fil des ans, certains d’entre eux fermeront leurs portes, laissant la place à de nouvelles initiatives, alors que d’autres resteront, s’ajustant à la demande de la clientèle.

   
Festival Rock Franco à Saint-Michel-des-Saints

Rendez-vous estival Le Gardeur

L'Assomption en fête
Foire rurale de Berthier
Festi-Chertsey
Challenge Volleyball de Repentigny
Festival Tout Pour la Musique
Les Mardis d’août
Centre-ville en fête
 

 

Peu à peu, des concours naissent, des festivals se créent, de nouvelles salles ouvrent leurs portes pendant que des anciennes proposent une programmation reflétant davantage les goûts du jour. Une vie musicale populaire s’organise dans la région. Les pionniers ont défriché le chemin qu’empruntera la génération suivante.

 
   

Un souffle nouveau

La multiplication des festivals, fêtes et rassemblements a contribué à donner de la visibilité au phénomène pop. La présence du Département de musique du Cégep de Joliette avec son programme en jazz-pop a certainement joué un rôle dans cette montée de nouveaux talents. Les jeunes restent maintenant dans la région pour étudier. Ils ont alors l’occasion de faire la connaissance d’autres musiciens comme eux. Ils sont mieux formés, davantage renseignés et plus outillés pour se lancer dans le métier.

 

 

Big band des étudiants du programme jazz-pop du Cégep régional de Lanaudière à Joliette. Source: Département de musique.

 
   
Musique jazz-pop au Cégep

Centre de formation de La Croisée


Enfin, une manifestation comme Cégeps en spectacle a parfois donné l’élan nécessaire à des jeunes en les incitant à continuer.

Nous parlerons donc de ces organisations qui ont favorisé le rayonnement de cette musique dans Lanaudière ainsi que de ces nombreux groupes et artistes qui se distinguent sur la scène locale et québécoise.

Il sera question de vedettes comme Daniel Boucher, Gabrielle Destroismaisons et d’artistes qui se présentent aujourd’hui comme des étoiles montantes tels les Cowboys fringants, Yelo Molo, Yann Perreault pour ne nommer que ceux-là.

 

Le comité organisateur de Cégeps en spectacles, en 1989, pose ici pour le Joliette Journal. Source: SCRJL.