Les Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame
 
       
 
  • Implication musicale des religieuses
  • L'enseignement de la musique
  • Des élèves montent sur les planches
  • Changement de vocation
 
   
 

Photo de groupe des Sœurs de la Congréation de Notre-Dame, en 1895. Source: SCND.

 

Implication musicale des religieuses de la Congrégation

Les Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame ont participé grandement au développement de la musique à Joliette et dans la région, - la communauté a également été présente à Berthier, notamment, et a joué un rôle similaire -. Leur apport n'a pas été aussi grand que celui des Clercs de Saint-Viateur. Mais leur influence est loin d'être négligeable.

 

 
 

 

Leur contribution a été sans doute plus discrète que celle de leurs confrères professeurs masculins. Mais la part active qu'elles ont prise dans l'enseignement de la musique à Joliette, au cours de plus de 125 ans, a largement concouru à sensibiliser à la musique, les milliers de jeunes filles qui ont fréquenté leur couvent depuis 1875.

 

 
 

 

De par ce fait, c'est toute une population qui a su profiter de leur implication dans le domaine artistique. Ne serait-ce qu'en ouvrant leur salle au public pour la présentation de concerts ou en formant des jeunes désireuses de poursuivre des études en musique. Des élèves qui une fois devenues enseignantes, allaient, à leur tour, communiquer leurs connaissances à d'autres.

 

 
   
 

L'enseignement de la musique

Dès l'ouverture de son couvent, la communauté commence l'enseignement de la musique. Le piano et le chant sont à l'honneur. Des concours de musique avec remise de prix sont rapidement organisés. Des concerts d'élèves, mais également de musiciens de Joliette et, parfois, de Montréal se donnent dans la salle du couvent.

Les professeurs sont dévoués et compétents. Nous n'avons qu'à penser en particulier à sœur Saint-Édouard-Martyr et sœur Saint-Émile-de-Rome qui allaient toutes deux fonder, en 1926, l'École normale de musique de l'Institut pédagogique de Montréal. Sœur Saint-Émile-de-Rome en sera d'ailleurs la première directrice. Des professeurs de l'extérieur de l'institution viennent aussi donner des cours. C'est le cas d'Octavien Asselin et d'Alma Lavallée, notamment.

 
 
   
 

Des élèves qui montent sur les planches

Des élèves particulièrement douées ne tardent pas à s'illustrer sur la scène locale. Ces musiciennes et chanteuses participent régulièrement à des soirées musicales et à des concerts à la Salle académique du Séminaire ou à la Cathédrale.

 

 

Au nombre de celles-ci, nous mentionnerons Lucille Dionne, pianiste et accompagnatrice; Marguerite Dionne, violoniste, membre de la Symphonie de Joliette et professeure de violon; Camille Bernard, soprano qui a participé à des opérettes dans les années 1920 et qui a donné des cours de diction; Thérèse Alarie, organiste et pianiste d'accompagnement; Laurette et Anita Gravel qui ont prêté leur voix en de nombreuses occasions lors de revues musicales et, finalement, Luce Goulet, professeure de violon qui a enseigné les rudiments de l'instrument au père Rolland Brunelle, notamment.

 

 

Sur la scène de la Salle académique du Séminaire de Joliette, avec, entre autres, le père Fernand Lindsay. Source: ACCJ.

 

 
 

 

 

Programme des Jeunesses musicales en 1965-1966.

 

Même si la vocation de l'établissement des sœurs de la Congrégation de Notre-Dame change à la fin des années 1960 - le couvent devient une école privée - les religieuses continueront, à l'intérieur des Mélèzes de donner une importance particulière à la musique.

 

 

Changement de vocation

En 1940, plus de 3 475 élèves ont jusqu'alors suivi des cours de piano et un certain nombre d'entre elles se sont présentées à des concours de musique en dehors des murs du couvent.

De 1957 à 1960, les concerts des Jeunesses musicales (JM), qui se donnent à la salle académique, sont présentés au couvent pendant toute la période où l'on reconstruit l'aile incendiée du Séminaire. Il en sera de même de 1965 à 1967 ce qui fera sans doute plaisir aux nombreuses étudiantes abonnées aux concerts des JM.

 

 
 
 

Les Mélèzes

  • Les Mélèzes : une école où la musique est à l'honneur
  • Des cours privés d'instruments
  • Affiliation à l'Université du Québec
  • Département de musique
  • Le chant choral
  • Une préoccupation musicale